moi, Chantal la libertine

chantal

Album(s) photo

Catégories

Liens

Soumise au désir de mon compagnon

Publié par chantal le 19 juin 2016 à 16:20

Un petit commentaire de votre part me ferait bien plaisir quelques minutes suffises. bises coquines Chantal

alt

Soumise au désir de mon compagnon 

Aujourd'hui je suis à la merci de mon compagnon, enfermée dans la chambre depuis une demi heure j'attends à quelle sauce je vais être mangée aujourd'hui. Bob m'a seulement demandé de passer ma longue chemise de nuit noire presque que toute transparente, de garder mes bas dim et d'attendre patiemment dans la chambre. Il me passa les menottes aux poignées, un collier et une laisse autour du cou avant de me bander les yeux. J'ai comprise que j'allais être offerte sans pouvoir voir mon partenaire. L'adrénaline commençait à monter en moi bien que je n'aime pas beaucoup me retrouver seule dans une chambre avec un inconnu. Cela provient certainement d'une aventure dans laquelle je me suis trouvée avec un malade qui m'a fait très peur (voir une fessée magistrale)et pourtant ma foune commençait à mouiller.Cela à toujours été très excitant pour moi de me faire tringler par un inconnu. Le cerveau fonctionne à cent à l'heure essayant de deviner par le parfum, le toucher ou l'odeur du partenaire avec lequel j'allais faire l'amour. Peut être que je connaissais cette personne et j'arriverais à mettre un prénom sur le sexe que je vais sucer ou qui va me pénétrer. Cela pouvait être Jean Claude (mon amant)(voir Plaisir de chair avec mon boy friend) ou Doan (mon bel étalon noir)(voir Du virtuel au réel avec Doan) Thierry (le mari de ma copine) voir Une partie coquine entre couples libertins) ou offerte à plusieurs les copains blacks qui m'ont déjà tirés dans (Soirée 100% chocolat noir) mon boss que Bob m'avait demandé d'inviter après que je lui ai raconté qu'il m'a eu baiser pour une prpmotion (voir Secrétaire particulière) ou Henri mon voisin (voir Baise à la campagne avec notre voisin) ou alors un bel inconnu que je ne reconnaitrais, ni à son parfum,ni à son odeur, ni au le toucher. Connaissant mon Bob qui cherche toujours à me faire découvrir d'autres sensations en m'offrant de la sorte,je pencherais plutôt pour la dernière solution.

alt

Quelques instant plus tard j'entendais Bob discuter avec quelqu'un, j'avais beau tendre l'oreille je n'arrivais pas à reconnaître le timbre de la voix. Mon compagnon devait donner les instructions de bonne conduite à mon prétendant. Par contre je pense entendre qu'une seule personne. La porte de la chambre s'ouvrit, mon destin venait d'entrer sans dire un mot. Il s'asseya sur le bord du lit et se pencha sur moi en plaçant sa jambe entre les miennes en me caressant la poitrine. Je me laissais faire, sa main était douce. Ma chemise de nuit étant transparente il devait mater mes grains de café dénudés sous le tulle noir. Le parfum de ce type ne m'était pas inconnu, mais j'avais le sentiment de le connaître sans arriver à mettre un prénom sur le mec qui me butinait maintenant les tétons.

alt

Il avait passé une main derrière ma nuque et de l'autre il faisait rouler la tétine de mon sein entre ses doigts pendant que ses lèvres m'aspirait l'autre. Des lueurs de flash au travers mon bandeau m'indiquait qu'il y avait une autre personne dans la chambre qui prenait des photos, un voyeur que mon compagnon avait invité pour participer passivement à ma soumission, un copain de cet homme qui me caressait et qui attendait patiemment son tour ou tout simplement Bob qui prenait des photos pour notre album souvenir.

alt

Le type était descendu entre mes cuisses en ayant soin de me remonter ma chemise de nuit sur le ventre. Je lui offrais maintenant la chair délicate de mon entre jambe. Il carressa un moment mon pubis glabre avant d'introduire son doigt dans ma fente toute humide. Il devait se prénommer Escartefigue, jouant des épaules pour m'obliger à faire le grand écart, comme un cochon à la recherche d'une truffe il me bouffait la chatte, aspirant mes lèvres et mon clitoris. Mes chairs intimes sortaient de ma fente, il les caressait en passant sa langue râpeuse dessus. Bien que cela était un peu brutal, je mouillais abondamment. Mon jus d'abricot devait lui mouillait toute sa bouche.

alt

Il me déshabilla retirant ma chemise de nuit et mes bas pour me mettre entièrement à poil. En le touchant je pu voir qu'il était nu également. Plaçant sa main entre mes cuisses, il écarta mes lévres pour me titiller le clitoris, glissant son doigt dans ma moule baveuse un autre doigt s'égarait sur ma petite pastille brune. Sans forçer son doigt entra dans mon fion profondément. Il se servi de ses deux doigts pour les mettre en contact dans mon vagin en les faisant glisser sur la fine paroi de chair qui les séparait. Je resssentais la même sensation que lorsque j'avais subie ma double pénétration (voir Double pénétration) sauf que mes trous n'étaient pas dilatés de la même façon.

alt 

alt

Mon aventurier glissa sa tête entre mes jambes ouvertes pour me lécher les chairs roses. Sa langue folle fouillait ma foune dans toute largeur glissant également en profondeur. Il me décapuchonnait le clitoris pour me le branler enfin d'essayer de me faire jouir. Il était comme un jeune puceau qui n'avait encore jamais eu l'occasion de baiser une femme, voulant tout faire à la fois (voir Couguar au secours d'un puceau) .C'est vrai que cela me faisait du bien mais il m'en fallait plus pour me faire partir. Etant sur lui j'en profitais pour lui caresser la bite, mais il ne bandait pas, bien qu'il avait son groin qui fouillait mes parties intimes à la recherche de mon champignon qui devait lui laisser un goût délicat dans la bouche. Je pris en main sa queue rasée en décalottant son noeud pour passer ma langue sur les aspérités de son gland. Je sentais que cela lui faisait du bien car sa langue s'activait de plus en plus vite en branlant mon clito. Sa bite grossissait à vue d'oeil dans ma bouche. Il avait envie de moi, j'ai entendu qu'il prenait un préservatif sur la table de nuit que mon compagnon laissait toujours à la disposition de mon et mes partenaire d'un soir.

alt alt

Me relevant les jambes, il se mit derrière moi et m'enfonça son dard encapuchonné dans ma fente écartelée. Il était si pressé en me donnant de grands coups de reins que j'ai longuement pensé que Bob m'avait mise entre les mains d'un jeune loup fugueux. Mais en touchant son corps nu, je sentais que mon partenaire avait un peu de ventre et des poignées d'amour. J'ai pensé tout de suite que mon compagnon avait voulu faire de nouveau plaisir à son ancien chef que nous avions invité pour son départ en retraite et qui n'avait pas osé me toucher se contentant de jouer les voyeurs.(voir Notre cadeau pour un retraité) Au fait je n'était pas dans les bras d'un jeune homme mais d'un vieux cochon qui voulait profiter pleinement d'une minette et se la faire. C'est certainement pour celà que mon Bob m'avait posé un bandeau sur les yeux afin de prendre du plaisir sans arrière pensée. Maintenant que je connaissais mon partenaire, la question de me demander avec qui je faisais l'amour ne se posait plus.

alt

Je savais que Bob voulait faire plaisir à son ancien chef lorsqu'il m'avait proposé d'être gentile avec lui lorsque nous l'avons reçu pour son départ en retraite mais celui-ci n'en avait pas profité peut être par respect ou alors il se sentais gêné ne s'attendant pas à ce qu'on lui fasse une surprise de la sorte. Je pensais avoir fait ce qu'il fallait pour l'aguicher. A califourchon sur le lit le nez dans l'oreiller, les cuisses écartées,je lui présentais ma croupe. Serrant ses mains dans les miennes, son champignon glissa dans ma champignonnière. Il donna de puissants coups de reins, tapant à chaque mouvement sa paire de couilles sur mon bas ventre. quelques va et vient plus tard j'ai senti sa verge se raidir et m'envoyer tout son sperme. Chaque plantation à besoin d'un bon arrosage. Mon partenaire se retira et ce n'est que dix minutes plus tard que Bob vînt me retirer mon masque. La pièce était vide, un préservatif garni de sperme et noué à son extrémité jonchait sur le sol. Devant mon air étonné mon compagnon me dit:" Je te laisse te rhabiller et viens me retrouver au salon.

J'enfilais rapidement ma chemise de nuit noire et transparente pour rejoindre mon Bob au salon et j'avais hâte de savoir s'il était content de ma prestation amoureuse avec son boss. Le champagne était servi sur la table et mon compagnon n'était pas seul, par habitude, j'ai posais mes mains sur mon sexe et mes seins que l'on pouvaient voir au travers du tissu, alors que cet homme m'avait vu toute nue et même très intimement. Mon inconnu n'était pas celui que je pensais mais le vieux Monsieur presque chauve que Julie avait invité chez nous et qui n'avait pas eu l'occasion de tremper sa pine dans ma foune. Certainement que dans cet enchevêtrement de corps nus, il avait eu l'occasion de me tripoter mais il avait du resté sur sa faim, ne pouvant profiter de mon corps que les maris de mes copines avaient investi. (voir Orgie entre amis) 

Bob m'a expliqué ensuite qu'il était venu lui demandé s'il nous étions un couple candauliste et qu'il me prêtait parfois à des inconnus et que s'il avait cette chance d'être l'heureux élu qu'il nous apporterait le champagne. C'est comme cela que le rendez-vous fut pris, pas pour la boisson pétillante mais pour le jeu et l'occasion de m'offrir et de me faire découvrir de nouvelles sensations. 

Bisous à tous mes fans Kiss qui me suivent sur mon blog Chantal

 

 

 

Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« avril 2018 »
lu ma me je ve sa di
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Récemment…

Archives

Images aléatoires




Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |