moi, Chantal la libertine

chantal

Album(s) photo

Catégories

Liens

Séance sado-maso pratiquée par Maître Jean

Publié par chantal le 09 juillet 2017 à 11:55

Une nouvelle aventure dans laquelle je suis allés plus loin dans la soumission par curiosité , et vous dîtes moi ce que vous en pensez. Seriez vous interressés si je décidais de participer à une soirée sado-maso privée que me propose mon Maître et que je vous la fasse partager? Laissez moi vos commentaires pour me donner votre avis . Chantal

alt

Séance sado-maso pratiquée par Maître Jean

En feuilletant l'album de photos de nos aventures avec mon chéri, nous sommes tombés sur celle de la femme qui était seule dans une pièce attachée, cagoulée avec un plug dans le fion chez Maître Jean, nous nous sommes demandés quel plaisir pouvait-on retirer de cette situation. J'ai bien été initiée à une scéance de sado masochisme soft avec mon Maître et je n'avais pas vraiment prise mon pied. Bob me dit que c'est justement parce que c'était soft et que je ne suis pas allée au bout que peut être je n'ai pas connu la jouissance que cela pouvait me procurer. C'est peut être vrai et pour en avoir le coeur net j'acceptais de prendre un autre rendez vous en Belgique pour allez plus loin dans mon initiation au sado masachisme. Maître Jean accepta de nous recevoir un soir de la semaine. Lorsque nous sommes arrivés au donjon, le repaire de toutes les dépravations sexuelles, nous avons été reçu comme les autres fois par son serviteur qui nous a prié d'attendre dans le salon. Son patron arriva un moment plus tard, il me fit une accolade en me prenant dans ses bras et me chuchotant à l'oreille:" Je vois que le sado-maso t'a plu puisque tu es de nouveau dans mes murs, suis moi je vais t'initier pour que tu sois une adepte confirmée". Sans s'occuper de Bob il m'embarqua dans le sous-sol de son donjon que je connaissais un peu. Il me demanda de me déshabiller. Je n'ai pas eu le temps de retirer ma guêpière et mes bas, il m'enfila une cagoule noire lacée derrière la tête et un collier de chien. Je n'avais que des trous pour respirer, sans rien voir de ce qui se préparait pour moi. Une poussée d'adrénaline me submergea. A genoux sur le lit, un fouet vint me chatouiller les fesses, d'abord doucement et de plus en plus fort, les coups de fouet furent suivis d'une bonne fessée alors que j'en ai toujours voulu à Bob de m'avoir laissé seule avec Serge qui m'avait administré une bonne fessée(voir Une fessée magistrale) Et ce soir je suis avec mon Maître qui me chauffe les fesses à grands coups de martinet. 

alt 

Les jambes écartées, un plug s'enfonça dans mon fion en le dilatant. Maître Jean m'attacha les mains et les pieds avec des bracelets de cuir au lit. Il passa une corde aux barreaux en tirant sur mes jambes qui se levèrent. La position était inconfortable et je gesticulais dans tous les sens pour essayer de trouver une posture plus reposante mais rien n'y fit. Je n'entendais plus aucun bruit, je devais être seule dans la pièce mais pour combien de temps?

altalt

Il me tardait déjà que l'on me libére de ces liens. Mon cerveau était en effervescence, je pensais que tout le monde et n'importe qui pouvait venir pénétrer ma taupinière offerte sans que je ne puisse trouver à redire quoi que ce soit. Ce mélange de peur, de douleur et d'excitation était plus fort que n'importe quelle pratique sexuelle.

alt alt

Je devais offrir les jambes écartelées une vue imprenable sur mon mille feuille fourré par mon petit trou d'un énorme plug. Je devais avoir la même position que la dame que Bob avait prise en photo lors de notre passage chez Maître Jean qui nous montrait sa zizoune grande ouverte.(voir Scéance de perversion et d'humiliation.) Le temps me paraissait interminable, je me demandais ce que pouvait faire mon compagnon. Mon sang brulait encore mes fesses, attachée sans pouvoir beaucoup bouger, je me suis mise à trembler de tout mon corps et je développais une hyper sensibilité qui me procura un plaisir intense alors que je souffrais de partout. Je pense que c'est cette sensation que recherche les personnes qui pratique le sado-masochisme que je n'avais jamais connu auparavant.

alt alt

Enfin quelqu'un entra, c'était mon Maître, il me libéra de mes liens, fit tomber ma guêpière et m'installa nue en m'attachant les mains et les pieds sur une croix en bois. Il me posa quelques pinces avec des poids sur les tétons et sur les lèvres de ma serrure. Des coups de cravache fouettèrent mon bas ventre et ma vulve. Plus je me plaignais, plus les coups devenaient violents. J'avais comprise qu'il fallait que je supporte la douleur sans que je ne dise rien . Maître Jean avait durci l'intensité de ses gestes à en devenir parfois brutaux et sa voix était devenue plus autoritaire. Me traitant de salope après avoir glissé son doigt dans ma coucouillette en voyant que je mouillais. Dommage me dit-il que tu ne participes pas à une réunion de couples comme l'a fait ta copine Chloé dimanche, car tu étais prête à recevoir tous les membres virils des participants dans ton trou à bite. J'étais humiliée et frustrée de voir comment il me traitait alors qu'il était content d'y mettre la sienne et celle de son accolyte dans mon trou.(voir Scéance de perversion et d'humiliation). Chloé a du en manger de la saucisse à toutes les sauces d'après les dires de mon Maître et c'est certainement ce qui m'attendait à ma prochaine visite.(voir Initiation soft au sado maso par mon Maître).Malgrè ces mauvais traitements, je commençais à ne plus sentir la douleur des pinces sur mes tétons et sur les lèvres alors que je suis plutôt une femme sensuelle, adepte de caresses et de tendresse. Les mots crus que me prodiguait Maître Jean, je les acceptais sans dire un mot, je dirais même qu'ils m'émoustillaient. Des coups de martinet tombérent sur ma vulve en même temps qu'une série d'injures comme salle pute, garce, chienne, salope, je vais te dresser pour que tu sois plus docile et soumise. Il me prodigua d'autres coups de fouet sur les seins 

alt

Après m'avoir administré une bonne leçon, je fus de nouveau attachée aux barreaux du lit dans une position un peu plus confortable et il disparu une autre fois, me laissant avec mes pensées. J'étais devenue une soumise obéissante faisant tout ce que mon mentor me disait sans broncher de peur peut être de recevoir d'autres supplices. Mes fesses, mes seins et ma chatte me brulaient encore et des traces de flagellation devaient se voir sur ces parties de mon corps. Les poids commençaient à me faire mal surtout ceux qui pendaient en m'étirant les lèvres au dehors de ma zizoune. Le temps me paru très long avant d'entendre enfin la porte s'ouvrir de nouveau, mon sang ne fit qu'un tour en me demandant ce que j'allais de nouveau subir. La voix de mon chéri me rassura, il venait d'avoir la permission de me libérer de mes liens, mais surtout de cette cagoule que je ne supportais plus. Mes cheveux étaient trempés et mon visage ruisselait de sueur. Lorsqu'il m'a retiré les pinces et les poids, mes barbillons sortaient de ma boutique, il m'a fallut quelques heures avant que mes lèvres intimes reprennent leur place . Des traces rouges de sang marquaient ma vulve endolorie et cela devait être de même sur mes fesses. Je suis tombée en larmes dans les bras de mon compagnon en lui disant que je l'aimais, que je lui appartenais et que je lui étais soumise. Il me serra très fort dans ses bras en m'embrassant. Avant de remettre ma culotte, il y avait un chiffre 23 inscrit en peinture et en gros caractéres  sur ma vulve glabre. Bob me demanda ce que celà voulait dire? Mais je n'en savais rien. Nous avons rejoins le salon, j'avais un peu de mal à marcher avec mes jambes endolories par les positions inconfortables que j'avais subit. Maître Jean vint nous saluer et mon compagnon lui demanda ce que voulait dire le chiffre 23 qui était inscrit sur mon sexe? Hé bien nous répondit-il Chantal à subit les dépravations du sado-masochisme et sa soumission à son Maître avec succès et elle fait partie maintenant du club très fermé du donjon. Cela lui donne accès à toutes les fêtes et réunions très privées que nous organisons avec des personnalités. Les portes lui sont ouvertes et elle sera connue sous son numéro 23 pour sauvegarder l'anonimat de chacun des participants. Mais s'adressant à mon compagnon il lui dit:"Par contre il vous sera interdit de l'accompagner, vous n'êtes pas admis à nos soirées privées". 

Je ne pense pas que Bob acceptera que j'ailles seule dans ce genre de réunion sado-masochisme, nous qui ne faisons rien sans le consentement l'un de l'autre, mise à part une fois avec mon amant (voir Infidéle pour une histoire de cul) Je ne vais pas dire que je n'ai pas prise du plaisir malgré la souffrance, l'excitation était au rendez-vous. J'ai connu d'autres façons de prendre mon pied avec les queues de Doan et ses amis (voir Soirée 100% chocolat noir, Ramoneurs noirs pour mon gang bang) ou plus simplement en me faisant chatouiller le clitoris (voir Mourir de plaisir en branlant mon clito, Petits plaisirs perso avec mon sex-toy) La peur aussi d'être surprise dans la nature fait monter l'adrénaline (voir Exhib en voiture  et Offerte à un inconnu dans les dunes.) Je suis sortie de ce genre de réunion le corps lacéré de coups de fouet, je ne sais pas, étant soumise à tous les participants jusqu'où peut aller mon assouvissement et ma dépravation. Je pense que je ne participerais pas à ces soirées très privées. 

Bises à vous tous  Kiss Chantal

 

Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« avril 2018 »
lu ma me je ve sa di
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Récemment…

Archives

Images aléatoires




Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |