moi, Chantal la libertine

chantal

Album(s) photo

Catégories

Liens

Offerte en pâture

Publié par chantal le 14 février 2012 à 15:11

Un petit commentaire de votre part serait le bienvenue. Vous pourriez me dire par exemple si ce petit jeu coquin serait à votre goût et si vous accepteriez d'offrir votre compagne où votre épouse en pâture à d'autres hommes. Bises coquines Chantal

Offerte en pâture 

Depuis les vacances mes poils ont repoussés sur mon mont de vénus et je n'ai pas eu le temps de les raser pour être plus réceptive aux caresses. Mon compagnon vient de me prévenir de me préparer pour un petit jeu coquin qu’il a organisé pour moi avec trois voyeurs.  Un petit peu de parfum, une robe tablier boutonnée devant qui est très facile à retirer, des bas résilles beiges et sans dessous car souvent dans ce genre de rendez-vous je reviens sans ma culotte et sans mon soutien gorge, mes admirateurs me les ayant embarqués en souvenir. Et me voila prête. En route Bob m’a dit que je connaissais mes prétendants, je lui ai demandé si c’était intimement mais je n’ai pas eue de réponse à ma question.

Nous nous arrêtons sur le bas côté d’une route de campagne près d’une prairie et d’un bosquet .Bob installe le coussin épais de ma chaise longue sur l’herbe, derrière une petite haie qui me cache de la route puis me fis signe de le rejoindre. Je m’allonge sur le coussin et il entreprend de déboutonner ma robe qu’il écarta de chaque côté mettant mon corps à nu. Il n’y a personne ? fis je remarquer à Bob, ne t’inquiètes pas ma chérie en me glissant sur les yeux un masque noir, les loups sont à l’affût et vont sortir du bois à l’odeur de la chair fraîche. Je te laisse prendre du plaisir mais je ne suis pas loin. C'était la seconde fois qu'il me laissait seule entre des mains inconnues. La première fois c'était avec Serge, un obsédé qui m'avait traité de tous les noms, et m'avait administré une fessée magistrale.(voir Une fessée magistrale) J'en avais voulu à Bob de m'avoir laissé seule entre les mains de ce malade. Mais je sais qu'il ne doit pas être loin et qu'il doit surveiller et faire confiance aux trois prétendants que je suis sensée de connaître avant de m'ouvrir en pâture. Après quelques minutes j’entend marcher dans l’herbe, c’est fou lorsque l’on est privé de la vue comment l’ouie se développe. J’étais très excitée mais je ne devais pas être la seule, les trois mecs d’après ce que m’a dit Bob doivent être tout aussi excités que moi à la vue de mon corps dénudé et offert à eux. Je sentis une main se poser sur mon bas, puis une autre sur mon sein opposé , une autre me caressait déjà le pubis, un petit frisson me parcoura le corps je sentais ma chatte s’humidifier. Pour le moment je pense qu’il n’y avait que deux personnes autour de moi mais c’était une erreur ils étaient bien trois , je pense qu’ils ont fait tout leur possible pour se libérer et répondre à l’invitation de mon compagnon une si belle occasion ne se reproduit pas tous les jours. Des mains me caressaient de partout , me pétrissaient les seins il y en a même un qui m’écartait la vulve pendant que l’autre m’introduisait deux doigts dans la chatte. J’étais maintenant détendue et je me laissais faire en jouant le jeu et en écartant mes cuisses.

 alt

 Un gland en érection vint se poser sur mes lèvres je le pris dans la bouche pour le sucer, puis j’en senti un autre de l’autre côté, j’essayais de les satisfaire en même temps. Le troisième larron avait pris place entre mes cuisses et me donnais des petits coups de langue furtifs dans ma fente m’invitant à mettre mes jambes sur ses épaules pour avoir le champ libre. Il tourna sa langue experte autour de mon clitoris comme pour lui retirer le petit capuchon de protection. Cette pratique je l’avais déjà connue auparavant et je me rappelais ce que m’avait dit Bob : "Ce sont des gens que tu connais" Mais bien sur c’était Cédric j’en était sure je le reconnaissais à sa façon de me titiller le clito. Nous l’avions connu au Min-Noï une boite libertine en Belgique qui certaine soirée accepte les célibataires. Nous étions dans le salon des glaces avec un autre couple quand il fit son apparition en nous demandant si nous voulions bien l’accepter. Il était jeune et bien bâti il portait un string noir bien rempli également et de dos une paire de fesses très musclés. Nous n’avions pas encore répondu qu’il était déjà allongé entre ma partenaire et moi sur notre couche. Véronique très chaude avait déjà sa main dans son string pour lui sortir la verge et lui sucer quand à moi il s’était installé entre mes cuisses et commençait à me branler le clito avec sa langue comme il est en train de me le faire en ce moment. J’avais déjà trouvées ses caresses très jouissives et sur le chemin du retour j’en avais parlé à Bob. Mais mon compagnon avait vu qu’il m’avait faite jouir et lui avait demandé ses coordonnées. Un mois plus tard il était invité à la maison pour moi seule, je me suis habillée très sexy avec une robe courte décolleté des bas résilles noirs et des hauts talons ainsi qu’un petit tablier de soubrette pour servir mon invité à table. Je sentais son regard qui me suivait quand je retournais à la cuisine et je devais me passer le torchon de vaisselle entre les jambes pour m’éponger la chatte qui n’arrêtait pas de mouiller en sachant ce qui l’attendait. Enfin vint l’heure du dessert, je vis Bob se lever et débarrasser hâtivement la table puis il me pris dans ses bras et m’installa au milieu de la table avec un petit coussin sous la tête, il dit à Cédric: "voila notre dessert" Il avait devant les yeux une vue superbe sur mon sexe que je lui offris en cinéma scoop en mettant mes deux pieds sur la table et en écartant les jambes. Il ne se fit pas prier avançant sa chaise il me mis mes deux jambes sur les épaules et commença à me butiner les pétales de ma fleur, jouant furtivement avec le pistil, je revivais dans ma tête ce qu’il était en train de me faire en réel. Dégageant avec sa langue mon petit capuchon il m’aspirait le clitoris si bien que celui ci s’était agrandi par le plaisir, comme une petite érection il arrivait à me le tenir entre ses dents en me le mordillant très doucement , avec sa langue il récupérait ma cyprine qui n’arrêtait pas de couler entre mes cuisses jouant au passage avec le petit anneau de mon percing. J’étais sur le point de partir au septième ciel, Bob s’en aperçu et me donna la main j’haletais de plaisir. Je ne pouvais plus contrôler mes faits et gestes et je crois que j’ai perdu connaissance un court instant. Ce moment de jouissance j’étais en train de le revivre ici sur l’herbe en pleine nature, bien que j’avais une bite dans la bouche j’avais complètement oubliés mes deux autres partenaires. Un jet de sperme chaud vint gicler sur ma poitrine et son auteur me l’étalait sur les seins, ce fut le déclic je me mis également à jouir me supportant plus aucune caresse. En me raidissant j’ai du mordre la bite que j’avais dans la bouche car elle se retira. Bob veillait au grain car je l’entendis dire en tapant des mains: "C’est fini Messieurs"

Tous docilement me remercièrent et je les entendis s’éloigner. Bob se pencha sur moi et me retira le masque, j’étais éblouie par la lumière du jour mais les participants à mon tripotage avaient déjà disparus il m’essuya les seins avec un mouchoir en papier et remis mes boutons de ma robe en me demandant si j’avais bien profité. C’était très bon et les gars sont restés très corrects à aucun moment ils ont essayés de me baiser. C’était la règle, me dit-il as tu reconnu tes prétendants? Oui j’ai reconnu la façon de sucer de Cédric mais les autres je ne peux pas dire qui ils sont, en plus personne n’a parlé sauf quelques râles de plaisir et pour me dire merci, mais je n'en ai reconnu aucun autre. Ce n’ai pas tout à fait fini mon amour, je ne veux pas que tu reste sur ta faim aussi j’ai décidé de t’offrir à celui qui t'a fait jouir à la maison.

C'est Cédric lui dis-je, j’espère que les autres ne seront pas déçus car tu dis que je les connais? Oui tu les connais tous mais cela restera un secret que tu découvriras peut-être un jour. Refais toi une toilette dans la voiture et changes tes bas, ils t'ont fait un trou.  

Cédric t’attends dans le petit bois la derrière mais je vais t’y conduire et ensuite je te laisserais seule avec lui. J’avais mise des bas noirs et des chaussures un peu plus haute pour marcher dans l’herbe mais j’ai surtout pensé qu’il était grand et que j’arriverais comme cela à sa hauteur.

 Bonjour Cédric je t’ai reconnu de suite à ta façon de me titiller le clito."Je suis heureux d'avoir été choisi parmi les trois hommes qui t'ont tripotés aujourd'hui".  

Bob passa devant moi et pour la seconde fois retira les boutons de ma robe mais cette fois-ci il me la fis glisser le long des épaules pour me l’enlever. Voila Cédric ta récompense je te laisse Chantal en cadeau, je viendrais te la récupérer tout à l’heure et il s’éloigna avec ma robe dans la main.

Cédric était visiblement très heureux de m’avoir pour lui seul, je suis sure que Bob n’étais pas encore arrivé au bout du chemin qu’il m’avait déjà dans ses bras et m’embrassait avec fougue. Moi aussi ses baisers, sa langue dans ma bouche me troublait et la cyprine recoulait entre mes jambes mais cette fois ci je n’essayais même pas de m’essuyer car je voulais lui montrer combien j’avais envie de lui. Cette fois, être seule avec Cédric me me faisait rien, je le connaissais sérieux, bien qu'il a certainement très envie de me baiser et  Bob avait du voir qu'il avait une certaine retenue avec moi quand il était présent, c'est pour cela qu'il m'a laisser seule et nue dans ses bras. Je ne voulais pas perdre de temps moi non plus. Je déboutonnais sa brayette et je glissais ma main dans son slip pour lui caresser sa queue, qui bandait. Il posa sa main sur mon minou et introduisit profondément son doigt à l’intérieur de ma fente. J’écartais les jambes en me baissant un peu pour qu’il puisse rentrer en profondeur, il entra un second doigt sans difficulté et les fit pivoter doucement dans mon vagin une fois dans un sens une fois dans l’autre. c'était une caresse agréable aussi je lui avait attrapé la grappe et plus il me procurait du plaisir plus je la lui serrais dans la main. Il retira ses doigts tout mouillés et fit glisser son pantalon et son slip en bas de ses pieds. Son sexe était raide et dur à l’équerre et j’avais envie de lui sucer mais j’avais peur qu’il éjacule avant de me l’avoir mis dans la chatte. Pourtant lui aussi pensait se le faire sucer car il sortit de sa poche un préservatif à la fraise qu’il développa sur son sexe. Cette fois nous étions prêts tous les deux il me serra très fort contre lui me souleva un petit peu et sans aucune aide ni de l’un ni de l’autre je sentis son gros gland se frayer un passage et s’enfoncer dans ma chatte. Sa grande colonne glissait le long des parois de mon vagin puis se retirait doucement au début et entrait de nouveau comme un sucre d’orge à la fraise qui glisse entre mes lèvres. Il se retira après un long moment de va et vient effréné car il sentait la sève lui monter et voulait prolonger ce moment de bonheur. Il me demanda de me retourner et de m’appuyer sur un arbre, je compris qu’il voulait me prendre par derrière je m’exécutais en écartant bien les jambes, comme tout à l’heure il m’enfonça ses deux doigts dans ma fente mais par derrière cette fois, ce qui m’obligea à me courber un peu plus pour qu’il puisse les vriller, j’avais réussit à lui attraper sa queue et dès que ses doigts se sont retirés je les ai remplacés par son sexe me tenant par les hanches il fit des mouvements de va et vient très rapides cela glissait tout seul en faisant un bruit de ventouse, écartant lui aussi ses jambes il m’enfonça son membre à fond, ses couilles venaient frapper ma vulve. Nous avions tous les deux très chaud et la position était inconfortable mais on sentais l’extase arriver et nous ne voulions pas nous arrêter dans un si délicieux moment. Des spasmes et les soubresauts de son sexe dans mon vagin me firent comprendre qu’il venait d’éjaculer malgré tout il continua de rentrer et de sortir et ce fût à mon tour jouir. Nous étions haletant tous les deux mais avec une sensation de bien être. Je sentais son sexe se rétrécir pour quitter son fourreau. Cédric me passa un mouchoir pour m’essuyer et en fit autant avec son sexe.

J’avais mal à tous mes muscles des jambes et à ma pépette. Quelques frissons me parcourûrent le corps, Cédric s’en rendis compte et me pris dans ses bras pour me réchauffer. Nous avions beaucoup transpirés. Je ne pouvais pas me rhabiller car Bob était parti avec ma robe. Nue au milieu des bois je me suis mise à penser que quelqu’un pourrais surgir au bout de cette petite allée. Voila presque une heure que nous aurions pu nous faire surprendre en train de baiser en pleine nature sans avoir un seul vêtement pour me cacher. Ma main caressait machinalement la bite molle de Cédric pendant que les siennes me tripotaient la pointe de mes tétons dressés par le froid. Il faut croire que cela lui faisait de l’effet car je la sentait reprendre vigueur sous la pression de mes doigts. Je lui devait bien une petite caresse buccale en essayant d’être aussi experte que lui . En lui tenant les couilles j’entrais son gland dans la bouche et je faisais rouler ma langue autour de ses petites aspérités, je sentis son sexe gonfler entre mes lèvres il me pris la tête entre les mains et m’obligea à me l’enfoncer dans la gorge et à le retirer en faisant glisser doucement mes lèvres le long de sa queue. J’étais tellement occupée que je n’avais pas entendu que Bob nous avait rejoint et qu’il était en train de me regarder faire il me fît signe de continuer. Des râles de plaisir sortaient de la bouche de Cédric. J’accélérais la cadence sur sa verge bien raide maintenant, me tenant la tête pour ne pas que je me retire quelques jets de sperme jaillirent profondément dans ma gorge que je ne pus faire autrement que d'avaler.

Je vis que mon compagnon regardait le morceau de latex rose tout visqueux sur le sol, il devait penser que cette fois Cédric avait fait fort pour m’honorer deux fois de sa semence. Il me tenait ma robe pour que je puisse l’enfiler et bien attentionné à mon égard me la reboutonna.

Puis nous prîmes congé de Cédric en lui disant que nous le contacterons quand notre envie se fera de nouveau sentir.

Je remerciais mon compagnon pour sa largesse d’esprit car cela ne doit pas être très facile de laisser sa compagne dans les bras d'un autre homme, sans être présent ou de me laisser avec trois mecs pour me procurer du plaisir. Bob avait rapidement fait la différence entre la chair et le coeur, il trouvait regrettable de ne pas profiter de la vie et pour lui le sexe en faisait parti. Facile à dire mais pas à mettre en oeuvre car bien que je me sois améliorée en laissant mes principes de côté, je ne me vois pas le laisser seul avec une fille pour qu’il prenne du plaisir. Je l’embrassais très fort mais mon esprit était déjà ailleurs je cherchais à découvrir à qui était ces mains qui ont caressées mon corps nu et ces glands que j’ai engloutis dans la bouche que je devais connaître mais Bob me laissa dans l’ignorance.

Bises coquines à tous mes fidéles admirateurs.    Chantal

J'AI POUR VOUS CHERS AMIS VOYEURS, 11 PHOTOS DE CETTE NOUVELLE AVENTURE QUE J'AJOUTERAIS ET QUE VOUS DECOUVRIREZ AU FUR ET A MESURE DANS L'ALBUM SE RAPPORTANT A CETTE HISTOIRE POUR CHAQUE COMMENTAIRE DE VOTRE PART.

 

Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« mars 2019 »
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Récemment…

Archives

Images aléatoires




Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |