moi, Chantal la libertine

chantal

Album(s) photo

Catégories

Liens

Le plombier m'a colmaté ma fissure

Publié par chantal le 07 mars 2013 à 15:52

Le plombier m'a colmaté ma fissure

C'est vraiment la poisse en ce moment après ma voiture qui est tombée en panne, une fuite d'eau dans la salle de bain, voici que mon chauffe eau ne marche plus. J'ai donc appelé  Bob au bureau pour lui annoncer et lui demander ce qu'il fallait que je fasse. Que veux tu faire ma chérie, essayes de trouver un plombier qui peux te réparer cela et qui ne soit pas trop cher me dit-il au téléphone. Cela n'était pas très simple, en cherchant dans l'annuaire j'en ai trouvé plusieurs qui n'étaient pas disponibles avant quelques jours. Je ne pouvais pas rester sans eau chaude, il fallait absolument que je trouve quelqu'un. En me plaignant un peu et en disant que j'étais seule à la maison, j'ai réussi tout de même à en convaincre un qui pouvait se libérer pour quatorze heures. Je cherchais les arguments pour ne pas payer trop cher et le seul qui me vînt à l'idée c'était de m'habiller de façon sexy. J'ai enfilé une guêpière, des bas noirs tenu par les jarretières et un string noir et par dessus une robe courte. En descendant je me suis aperçue que ma robe ne couvrait pas la fin de mes bas, j'allais remonter pour la changer mais il était trop tard on venait de sonner.

Le plombier se présenta, il était joli garçon mais un peu grassouillet à mon goût dans sa côte de travail beige et noir, d'environ la quarantaine. Il me demanda où était le chauffe eau, je lui dis de me suivre dans la cuisine, derrière moi il devait mater le haut de mes jambes qui laissait voir la fin de mes bas. Je lui demandais de me faire un devis pour savoir à quoi m'en tenir surtout qu'il m'avait déjà dit au téléphone que d'après ce que je lui avais expliqué, c'était certainement le remplacement de chauffe bain. Je ne savais pas comment m'y prendre pour payer moins cher. Pendant qu'il essayais de trouver la panne, en m'approchant de lui pour regarder ce qu'il me montrait, j'ai posé ma main sur ses fesses. Sa voix changea aussitôt en me disant que ce n'était pas si grâve qu'il le pensait: "il n'y a q'une pièce à remplacer" Voyant que cela marchait j'ai continué en  plaquant mes deux mains sur ses fesses. Il a du penser qu'il avait une ouverture avec moi, il ajouta:" Et je pense que j'en ai une, presque neuve dans mon fourgon qui fera l'affaire". De derrière, j'ai passé mes mains dans ses poches pour lui caresser sa saucisse que je sentais par dessus le tissu de son slip. Se tournant vers moi, j'ouvris la fermeture éclair de sa côte pour y glisser ma main, le papayou n'était pas resté de marbre, il bandait, sa saucisse était devenue saucisson, grosse dure et raide que j'avais plaisir à tripoter en la sortant de son emballage. Ma robe était remontée par dessus mes bas, au raz de ma moule laissant voir mes jarretelles. Je lui asticotais son membre en lui tripotant les couilles. Il me laissa faire pendant un bon moment avant de se décider à travailler pour remplacer la pièce défectueuse. Il me demanda de bien vouloir faire les essais pour voir si le chauffe bain s'allumait normalement. Il me fît un petit cours en me montrant sur un catalogue qu'il avait amené ce qui ne fonctionnait plus. Pendant que je lisais la notice, placé derrière moi, il me remonta la robe pour me caresser les fesses. Voyant que je ne disais rien, il glissa sa main entre mes cuisses pour me caresser la chatte par dessus mon string. Ses doigts cherchaient l'échancrure et se glissèrent dans ma fente mouillée. De son autre main, il me fît tomber mon morceau de tissu en bas des jambes. Ne pouvant plus résister, il se déshabilla à son tour en faisant tomber son vêtement de travail à ses pieds. Je lui caressais doucement le corps en descendant mes mains vers son sexe. M'agenouillant à la hauteur de sa trique je me la suis mise dans la bouche pour lui pratiquer une fellation. Enserrant mes lèvres autour de son pénis, je l'ai fait glisser au fond de ma gorge en lui chatouillant le gland avec la langue. Soulevant sa trique je lui ai suçé ses chamallows.

Après avoir relevé ma robe jusqu'à la taille, de ses bras puissants il me souleva pour poser mes fesses sur la machine à laver et me demanda d'écarter les cuisses. Il s'agenouilla pour être à la hauteur de ma petite fleur d'où il pouvait voir mon pistil pointer avec mes jambes écartées de la sorte.

  

Passant ses deux mains autour de mes cuisses, il m'obligea à m'approcher du bord pour pouvoir en butiner le nectar comme comme les abeilles sur un bouton de rose. Il sussura mes chairs intimes pour les faire sortir de ma fente. Bouffant à son tour mes barbillons qu'il avait pris entre ses lèvres pour faire comme moi quand j'avais ses testicules dans la bouche. La cyprine coulait à flot, passant sa langue dans l'ouverture, il se régalait du suc que je produisais grâce à ses coups de langue coquins. A ce moment là, j'ai commencé à penser à ce que m'avait dit mon compagnon. D'habitude il n'y a pas de sexe avec une tierce personne sans que nous soyons présents l'un et l'autre et d'un commun accord. Il est au travail, et en me disant de trouver un plombier qui ne soit pas trop cher, je me demande ce qu'il a bien voulu dire par cela. Le plombier m'a sorti de mes pensées en me demandant:" Si j'étais d'accord pour une pénétration." Je n'ai pas perdu le nord en lui répondant:" Oui à condition que la réparation soit gratuite." Je voyais que cela l'ennuyait, car il était employé par un patron. Il fini en regardant mon corps et ma foufoune glabre et grande ouverte, par dire:" Bon d'accord je m'arrangerais, mais je n'ai pas de préservatif ". Je suis descendue de mon piedestal pour aller lui en chercher un. J'étais assez contente de mon coup, surtout qu'en ne payant rien cela passerais mieux aux yeux de Bob.

Dans la cuisine notre homme, m'attendais en tenue d'Adam. Il pris la capote que je lui tendait et l'installa sur sa queue toujours en érection, et sans ménagement cette fois, il me fît pencher en avant, m'appuyant les mains sur la machine, j'avais comprise qu'il voulait me prendre par derrière. Il souleva ma robe, une main sur mes fesses, il présenta son gland à l'entrée de ma grotte. Celui ci n'eût aucun mal à trouver le chemin, il s'enfonça profondèment dans mon trou. Me prenant par les hanches, le mouvement de va et vient de nos deux corps s'armonisa en cadence de plus en plus rapidement. Puis brusquement il s'arrêta, je sentis sa verge se retirer de ma caverne. De ses deux mains il me souleva de nouveau, et m'installa comme tout à l'heure sur la machine les cuisses écartées. Sa position derrière moi ne devait pas être très confortable pour lui, avec les jambes repliées, il devait fatiguer. En face de moi son morceau de viande emballé, était à la hauteur de ma pépette toute lisse. Il s'enfonça dans mes chairs enduitent de cyprine. C'était moi qui cette fois qui ne pouvais pas l'aider à s'enfoncer dans mon vagin en donnant de petits coups de reins. Ce n'était pas un problème pour lui, avec mes jambes écartées de chaque côté de son corps, il réussit à s'empaler bien à fond, faisant toucher son pubis contre le mien, quelques poils venant me chatouiller la fente. Il avait très envie, la position ne dura pas très longtemps avant que je sente qu'il était en train de décharger sa semence.

Il se rhabilla, ramassa ses outils et pris congé en me remerciant. Je l'ai raccompagné à la porte en me demandant comment Bob allait prendre cela. Je vais tout lui raconter de a à z car comme toujours, c'est grâce à cette franchise l'un pour l'autre que nous avons cette complicité entre nous. Mais ce qui m'inquiètais, c'était d'avoir tiré un coup avec un autre sans qu'il soit tenu au courant et sans sa permission. C'était la première fois que j'avais prise du plaisir sans qu'il le sache, bien que ce soit pour une bonne cause. Je sais qu'il est large d'esprit, mais cette fois je ne sais pas comment il va réagir? J'aurais dû lui téléphoner.

Quand Bob rentra j'étais dans mes petits souliers, je n'étais pas bien avec ma concience. Il s'en rendit compte tout de suite en me demandant:"ça ne va pas ma chérie? tu as un probléme? C'est pour le chauffe eau?" Non il est réparé et gratuitement en plus." Il n'y avait pas grand chose?"" Non ce n'ai pas cela" et je lui ai raconté ce qui s'était passé avec le plombier. Il ne disait rien, mais je voyais à sa tête que cela ne lui plaisait pas. le silence était devenu pesant. Puis il me dit:" Je vois que tu as pensé à filmer la scéne, tout de même". Je ne comprenais pas ce qu'il disait, puis j'ai repensé aux caméras qui filment la maison quand nous sommes absents, le voyant vert de la cuisine montrait que la cam fonctionnait. J'avais oublié de l'arrêter et ma petite aventure avec le plombier avait été filmée."Oui mon chéri comme je ne pouvais pas te prévenir avec cet homme dans la maison, j'ai pensé que tu aimerais voir ce que nous avons fait. C'était un petit mensonge, mais qui a sauvé la situation. Bob et moi avons repassé toute la scéne de baise en buvant un petit café.

A la fin il m'a dit:"Bravo ma chérie, tu t'es bien débrouillée, j'espère au moins que tu as prise un peu de plaisir avec ton plombier?

Bisous coquins à tous mes mateurs amoureux de mes charmes. Chantal

Rencontres Libertines et changiste}

Calendrier

« juillet 2018 »
lu ma me je ve sa di
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Récemment…

Archives

Images aléatoires




Syndiquer


Blog Officiel NousLibertins.com | Clubs échangistes | Blog Libertin | FAQ |